Les métiers de la banque

métiers banque

On vous aide à trouver choisir la formation qui correspond à votre niveau d’études !

Le secteur bancaire et financier est riche d’une multiplicité de métiers, s’étendant à divers domaines d’expertise. En France, il constitue l’une des principales forces vives du secteur privé, avec plus de 300 000 professionnels en activité. Chaque année, ce secteur affiche une dynamique, se traduisant par plus de 30 000 offres d’emploi. Cette réalité ouvre de vastes perspectives d’emploi, particulièrement pour les jeunes diplômés.

Les profils les plus convoités demeurent les commerciaux, occupant près de la moitié des postes offerts. Néanmoins, la demande s’étend bien au-delà de cette catégorie. Ainsi, le secteur recherche activement des professionnels aux compétences variées. Parmi eux, on compte des juristes, des experts-comptables et des informaticiens, indispensables aux fonctions de support et au développement technique du domaine.

Points clés à retenir

  • Le secteur bancaire et financier offre une grande diversité de métiers
  • La banque est l’un des principaux employeurs privés en France
  • Le secteur réalise plus de 30 000 recrutements chaque année
  • Les profils les plus recherchés sont les commerciaux
  • Le secteur a également besoin de profils dans les fonctions support et techniques

Introduction

Le secteur de la banque et de la finance en France revêt une importance capitale, figurant parmi les principaux soutiens de l’activité économique nationale. Il compte plus de 300 000 employés, une masse qui en fait l’un des employeurs majeurs du secteur privé. Annuellement, sur le marché de l’emploi, plus de 30 000 postes sont pourvus, dessinant ainsi un tableau riche en opportunités de carrière et diversité de métiers.

L’importance du secteur de la banque et de la finance

Au cœur de l’économie hexagonale, le secteur banque-finance s’impose comme un pilier incontournable, contribuant à hauteur de près de 3% du PIB national. Il maintient en son sein environ 476 000 travailleurs, dont une proportion significative, 157 000 individus, exercent des fonctions cadres. Malgré les instabilités économiques rencontrées, le secteur maintient un rythme soutenu de recrutements, variant entre 6 000 et 10 000 cadres par année, incluant les promotions internes.

La diversité des métiers offerts

Les métiers de la banque et de la finance, extrêmement riches et variés, s’étendent de la relation client aux domaines de la finance spécialisée, en englobant les plus fonctions support et techniques. Il s’avère, qu’au sein d’une banque, pas moins de 300 professions distinctes sont identifiées, offrant ainsi des perspectives d’évolution et de spécialisation vastes aux professionnels aspirants.

Pour les âmes inspirées par les métiers commerciaux, l’effervescence des activités de marché, les fonctions administratives, ou encore l’offre d’assurance, le secteur financier et bancaire dévoile un éventail d’opportunités aussi diverses que fascinantes.

Les métiers de la relation client

Dans le contexte bancaire, les métiers de la relation client se révèlent déterminants pour la consolidation de l’attachement client et la croissance des firmes. Les éléments clefs en sont les chargés de clientèle et les conseillers, actifs en succursales ou structures téléphoniques, formant la colonne vertébrale des groupes responsables de fidéliser les clients et promouvoir les gammes de produits et services.

Chargés de clientèle et conseillers

Les téléconseillers, composantes de ces vocations, nécessitent un savoir-faire avancé en techniques de négociation commerciale, une compétence marquée en relations interpersonnelles, aptitude à la gestion du stress et à la résolution de conflits. Superviseurs en centre d’appels, tâche consistant à piloter, de dix à vingt individus, dirigent ces téléconseillers, nécessitant habilité en administration d’équipes, connaissances en négociation commerciale, gestion du stress et aptitude relationnelle.

Les responsables de la relation client, quant à eux, s’impliquent dans la supervision des ententes commerciales, la validation de commandes, le contrôle de la satisfaction client, en plus de mettre en place des mesures de performance visant à rehausser la qualité du service. Leur expertise englobe le leadership, l’écoute active, la maîtrise de stress, l’ajustement communicationnel et l’affirmation de soi.

Front office et back office

Le back office englobe les spécialistes qui règlent les affaires bancaires ou liées à la Bourse, de même que les contrats d’assurance. Ils constituent un appui indispensable pour le front office, l’interface directe avec le client.

Profil Compétences clés Niveau de formation
Téléconseiller Négociation commerciale, aisance relationnelle, gestion du stress Bac à Bac+2
Superviseur de centre d’appels Gestion d’équipe, négociation commerciale, gestion du stress, aisance relationnelle Bac+3 à Bac+5
Responsable de la relation client Management, écoute, gestion du stress, adaptation communicationnelle, affirmation de soi Bac+5

Les spécialistes de la finance

Les métiers dédiés à la finance occupent un rôle de premier plan dans l’industrie bancaire et financière. Parmi eux se trouvent l’analyste de crédit, l’analyste financier et le gestionnaire de patrimoine. Leur fonction consiste, de façon exhaustive, à examiner les données financières, à évaluer les opportunités d’investissement, et à émettre des recommandations de nature stratégique. Ils contribuent de manière significative à la prise de décisions informées en matière financière.

Analyste de crédit, analyste financier, gestionnaire de patrimoine

Les analystes de crédit évaluent la capacité financière des emprunteurs et établissent les dispositions de crédit les plus favorables. Parallèlement, les analystes financiers s’immergent dans l’analyse des performances des sociétés et des marchés pour orienter les choix d’investissement. Les gestionnaires de patrimoine, pour leur part, offrent des conseils personnalisés aux clients, les aidant à atteindre leurs buts financiers.

Métier Salaire moyen annuel (en euros bruts)
Analyste crédit 34 000
Analyste financier 38 000
Gestionnaire de patrimoine 40 000 à 60 000

Ces experts de la finance représentent un pilier crucial dans les décisions stratégiques et opérationnelles des établissements financiers. Leur connaissance spécialisée et leur engagement soutenu sont essentiels pour garantir la pérennité et la performance des opérations bancaires et d’investissement.

métiers spécialistes finance

métiers banque

Le paysage des professions bancaires est marqué par une grande diversité, incluant des postes axés sur le commerce autant que des rôles de soutien technique et administratif. Parmi les nombreux postes à pourvoir, on compte des chargés de clientèle, des conseillers, des analystes de crédit, des informaticiens, des juristes et des experts-comptables.

Ce secteur, connu pour ses près de 30 000 embauches annuelles, se présente comme un vivier d’opportunités pour les débutants. Les candidats, par l’entremise de formations spécialisées, ont l’occasion d’acquérir les compétences exigées pour exceller dans cette industrie.

Des postes accessibles avec ou sans études supérieures

Si l’accession à certains emplois, à l’instar du guichetier, peut se faire sans diplôme universitaire, plusieurs postes requièrent un niveau d’études plus avancé, tel qu’un bac+2 (BTS) ou un bac+3 (BUT). Une formation de niveau MBA Banque, sanctionnée par un bac+5, est vivement appréciée par les cadres recruteurs.

Des salaires attractifs et des perspectives d’évolution

Les rétributions dans le secteur sont proportionnelles au niveau de responsabilité, variant de 23 294 € à 48 000 € par an et influencées par la localisation géographique. La banque offre en outre des opportunités de croissance professionnelle d’envergure, permises aussi bien en interne que par une migration externe.

Une présence sur tout le territoire français

Des emplois bancaires se trouvent à travers l’Hexagone, des métropoles telles que Amiens, Lyon, Nantes jusqu’à la vitale capitale. Ce marché du travail s’étend également aux bureaux d’études de finance et aux sociétés d’assurance, enrichissant ainsi le panorama professionnel des candidats.

Métiers de la banque Formations requises Salaires moyens
Chargé de clientèle Bac+2 (BTS) ou Bac+3 (BUT) 23 294 € à 35 000 €
Conseiller bancaire en ligne Bac+2 (BTS) ou Bac+3 (BUT) 23 294 € à 35 000 €
Analyste de crédit Bac+5 (Master) 35 000 € à 48 000 €
Informaticien Bac+3 (BUT) ou Bac+5 (Master) 35 000 € à 48 000 €

Ce domaine économique, riche en diverses métiers banque et en opportunités carrière banque, constitue une aventure passionnante et lucrative pour les récents diplômés, avec de prometteurs horizons d’évolution professionnelle.

Les métiers de l’assurance

Le secteur de l’assurance recrute un large éventail de profils. Les fonctions de chefs de produit marketing se concentrent sur l’élaboration de nouveaux contrats d’assurance et leur stratégie tarifaire. Concomitamment, les actuaires exercent un rôle central dans la conception et la pricing des produits assurentiels.

La commercialisation implique l’intervention de professionnels tels que les courtiers et les agents généraux. Étant en charge de la diffusion des assurances aux consommateurs, leur mission cruciale consiste à discernr les besoins individuels et à offrir des solutions sur mesure.

Ce milieu sollicite autant les experts du commerce que les techniciens comme les actuaires. Les seconds font appel à leurs savoir-faire en mathématiques, statistiques, ainsi qu’en finance. Leur objectif : évaluer les risques et établir les coûts associés aux contrats.

Dès lors, les chefs de produit, les actuaires, les courtiers et les agents généraux représentent des figures clés du secteur assurentiel. Ensemble, ils assurent la conception, tarification et commercialisation des assurances, tant pour les particuliers que pour les entreprises.

En France, un panel de 260 assureurs mobilisent près de 150 000 travailleurs. Ce secteur, fourmillant tant d’opportunités de carrière, témoigne d’une vitalité et d’une évolution perpétuelles.

Les métiers support et techniques

Le secteur financier, incluant banques et assurances, engage une pléthore de professionnels, notamment des experts en droit, en comptabilité, et des informaticiens. Ces domaines, représentant près de 20% des rôles occupés, se révèlent cruciaux pour l’intégrité opérationnelle des entreprises, par le biais de tâches variées. Ces missions incluent la gestion de situations juridiques complexes, l’audit comptable, ou encore le maintien d’infrastructures informatiques de pointe.

Les juristes

Au sein des équipes bancaires, les juristes sévissent en actualisant les contrats en vigueur, décortiquant les challenges légaux des nouveaux services et produits, en veillant sur les dernières évolutions législatives. Parallèlement, ils supervisent les litiges et fournissent des orientations éclairées. Leur contribution est indispensable pour s’assurer que l’ensemble des démarches bancaires demeurent dans le cadre de la légalité.

Les experts-comptables

Investis d’une mission critique, les experts-comptables surveillent étroitement la vitalité financière des institutions bancaires, en s’occupant de la politique fiscale. Leur rôle s’articule autour de l’optimisation des obligations fiscales, de l’analyse de l’incidence fiscale des services financiers, et de la vigilance quant aux évolutions réglementaires. Leur expertise est incontournable pour maintenir les finances des établissements sous contrôle.

Les informaticiens

Les informaticiens, véritables maillons essentiels, garantissent le fonctionnement optimal des systèmes informatiques dans les institutions financières. Ils sont impliqués dans toutes les phases, de la conception à la maintenance, pour veiller à ce que les outils technologiques répondent aux besoins du secteur. Leur travail joue un rôle central dans la continuité numérique des établissements.

La sphère des support et techniques dans la finance est un terreau fertile pour des carrières stimulantes. Ces rôles sont critiquent pour l’équilibre des institutions, offrant ainsi de multiples opportunités de développement professionnel.

métiers support banque

Les commerciaux polyvalents

Dans le domaine bancaire et de l’assurance, la demande pour des professionnel.le.s polyvalent.e.s a considérablement augmenté. Ces acteurs du marché commercialisent à la fois des produits financiers et des contrats d’assurance. Ils visent ainsi à fidéliser leur clientèle en répondant de manière exhaustive à ses besoins variés. Ce type de compétence commerciale intégrée, recherché ardemment par les organisations du secteur bancaire et de l’assurance, s’impose comme un élément clé dans la réussite de ces entreprises.

D’après des constatations récentes, le secteur aurait actuellement un besoin vital pour plus de 200 000 spécialistes commerciaux polyvalents en France. Cette carence en expertises qualifiées n’a fait que s’accentuer depuis l’année 2020 et les suites en résultant. En réalité, 90 % des chefs d’entreprise estiment que le département commercial est l’épine dorsale de l’organisation, mettant en lumière son rôle crucial dans l’activité de prospection, de négociation, et de fidélisation.

Les spécialistes commerciaux polyvalents banque, assurance sont extrêmement convoités, ce qui a pour effet de propulser leurs salaires vers le haut, agrémentés de primes variables alléchantes et d’avantages sociaux significatifs. En moyenne, ces professionnel.le.s bénéficient d’un salaire annuel de 49 700 €, additionné à une part variable s’élevant à environ 11 000 €.

Les attributs recherchés chez un excellent vendeur ou une excellente vendeuse comprennent la prospection active pour accroître le portefeuille client, la négociation astucieuse pour finaliser des accords de vente fructueux, la rétention de la clientèle par des relations durables, la gestion efficace de plusieurs affaires simultanément, sans oublier la hiérarchisation des priorités. Pour ces professionnel•le•s ambitieux•euses, les opportunités de carrière se présentent sous diverses formes telles que chef•fe de développement, responsable des grands comptes, gestionnaire, directeur commercial, analyste en veille commerciale, stratège de développement, ou même directeur•trice des ventes.

Année Nombre de contrats d’alternance signés dans le secteur bancaire
2019 6,900

En somme, le rôle occupé par les expert.e.s commerciaux polyvalents banque, assurance dans le paysage économique est d’une importance capitale. Ces professionnel.le.s, dotés d’une expertise étendue en matière de vente, sont vus comme des acteurs incontournables par les sociétés évoluant dans le secteur.

La formation continue et l’évolution de carrière

Dans le domaine bancaire et assurantiel, l’importance stratégique de la formation continue pour les employés est indéniable. Ces secteurs, dynamiques et en constante évolution, ont considérablement élargi leurs programmes de formation. Le but est de doter les collaborateurs des compétences nécessaires pour un avancement professionnel. Ainsi, la possibilité de progression de carrière représente un facteur décisif afin d’attirer et retenir les meilleurs profils, en dépit des défis omniprésents de ce contexte mouvant.

Les entités financières accordent une attention particulière à cette dimension, investissant au-delà des standards français moyens. En effet, elles consacrent plus de 4% de leur budget salarial à la formation, comparé à la moyenne nationale de 2,7%. Ce choix stratégique est crucial pour s’adapter aux impératifs de l’époque, tels que l’intégration de l’intelligence artificielle. Cette dernière exige l’acquisition de compétences diverses : digitales, techniques, réglementaires, et socio-professionnelles.

L’organisation de ces formations s’avère ciblée, avec un accent particulier sur les segments d’activités clés. Les secteurs des ventes et de la relation-client, celui du risque et de la conformité, et les professions liées à la gestion des données sont particulièrement visés. De surcroît, la régulation du domaine impose des standards de formation spécifiques. Les exemples notables incluent la Formation Directive crédit immobilier, la Certification AMF, et la Formation habilitante IOBSP.

Le panorama de possibilités offert par cette démarche de formation continue est considérable pour les professionnels de ces industries. Du poste de conseiller à haut niveau de compétence tel que l’actuariat ou le droit, ces derniers peuvent choisir parmi une variété de domaines spécialisés. L’accessibilité à ces opportunités motive l’engagement et la fidélisation des talents au sein du secteur, renforçant sa compétitivité et son attractivité.

En conclusion, la perspective d’un essor professionnel constitue un levier puissant pour la rétention des compétences clés dans un univers aussi compétitif qu’évolutif. Les institutions financières, conscientes de l’impact stratégique de la formation et de l’évolution de carrière, en font des piliers de leur politique RH. Ceci s’inscrit dans une stratégie globale visant à demeurer pertinentes et concurrentielles dans un paysage en mutation perpétuelle.

Les tendances de recrutement

Le secteur bancaire en France fait face à une effervescence de recrutements. L’année 2022 a marqué un tournant avec environ 50 000 nouvelles embauches, établissant ainsi un record historique. Ces effectifs renforcés comprennent, notoirement, une jeunesse pléthorique, les moins de 30 ans s’accaparant près de 50% des opportunités offertes. Ce phénomène témoin de l’attrait du domaine pour les nouvelles générations.

Les jeunes commerciaux très recherchés

La quête de profils orientés vers le client s’intensifie au sein des établissements bancaires. En effet, tels rôles ont capturé plus de la moitié des contrats en CDI, en augmentant leur prépondérance par rapport à l’exercice précédent. Soucieuses d’innover la relation client et de satisfaire de nouveaux besoins, les banques courtisent activement des jeunes professionnels. Le secteur n’offre pas seulement des emplois, mais promet, avec une majorité écrasante de 70%, un chemin professionnel pavé de défis pour ces cadres émergents.

Les besoins en informatique et conformité

L’informatique et la conformité comptent parmi les secteurs où la demande de main-d’œuvre est criante. La complexité croissante des transactions financières et l’émergence de nouvelles normes régissant le secteur ont engendré un flux conséquent de besoins en ce sens. C’est ainsi que les profils d’ingénieurs informaticiens, de gestionnaires de risques et d’experts en KYC font l’objet d’un intérêt marqué. Ces derniers sont essentiels pour affronter les défis techniques et réglementaires actuels.

Tendances de recrutement Chiffres clés
Recrutements record en 2022 Près de 50 000 embauches
Part des jeunes de moins de 30 ans 47% des recrutements en 2022
Métiers de la relation client 54% des recrutements en CDI en 2022
Besoins en informatique et conformité Postes très recherchés

Même s’il apparaît séduisant, notamment pour les commerciaux en début de carrière, le secteur bancaire peine à attirer les talents technologiques cruciaux en informatique et conformité. Pourtants essentiels, ces experts demeurent une priorité. Créer une image plus claire de l’environnement de travail et des perspectives de développement pourrait inverser cette tendance négative.

Les nouveaux métiers émergents

Au sein du secteur de la banque et de la finance, une floraison de métiers se dessine, catalysée par les avancées technologiques, les mutations réglementaires, et les évolutions des exigences. Cet essor reflète l’entrecroisement croissant de domaines, tels que la finance et la technologie. Il souligne également le rôle crucial de variables telles que la durabilité et la défense des données.

Data scientist en finance

Le rôle du data scientist voit sa pertinence s’accroître dans le monde bancaire, stimulé par une exigence croissante pour des compétences pointues en analyse de données. Ces experts manient des méthodes sophistiquées d’analyse pour éclairer les décisions des institutions financières, affiner leurs processus, et innover dans leurs offres de produits et services.

Cybersécurité financière

Les fonctions d’analyste KYC (Know Your Customer) ou d’analyste de crédit, devenus essentiels, s’élèvent en puissance au sein des banques pour contrecarrer le blanchiment d’argent et les fraudes. Ces spécialistes de la cybersécurité financière incarnent un maillon fondamental dans la sauvegarde des informations et des systèmes des entités financières.

Finance durable

La finance durable dynamise un pan neuf du secteur financier, renforçant l’engagement pour la durabilité et la responsabilité sociétale. Par leur analyse, les acteurs de la finance durable calculent l’empreinte environnementale, sociale, et de gouvernance (ESG) des placements, et accompagnent les sociétés dans leur itinéraire vers des conduites plus vertueuses.

La dynamique observée dans le cadre de ces émergences indique un ajustement conséquent du secteur financier, en réplique à des défis de calibre technologique, réglementaire, et sociétal. De telles opportunités dénotent un attrait particulier pour les experts assoiffés de contribuer à sculpter le futur de la finance.

Métier Description Salaire moyen (brut)
Data Analyst Analyse de données pour aider à la prise de décision 35 000 € – 60 000 €
Analyste KYC Lutte contre le blanchiment d’argent et les activités frauduleuses Junior: 2 000 € nets
Expérimenté: 4 550 € nets
Analyste en finance durable Évaluation de l’impact ESG des investissements Pas de données spécifiques disponibles

Conclusion

Le domaine bancaire et financier se profile comme un terreau fertile pour l’éclosion de compétences variées et évolutives. S’articulant autant autour des préférences pour les pratiques commerciales que pour les expertises techniques pointues, il est une scène ouverte à toute velléité de carrière enrichissante. En effet, avec plus de 30 000 postes à pourvoir chaque année, il se présente comme une destination de choix, ce, particulièrement dans les sphères axées sur les interrelations avec la clientèle, l’informatique et les aspects réglementaires.

L’avènement de disciplines novatrices, comme la science des données et la sécurité informatique spécifique au monde de la finance, traduit une mutation numérique propre au secteur, offrant ainsi de tout nouveaux horizons professionnels. C’est l’occasion idoine pour insuffler un nouveau dynamisme à sa vocation et participer activement à la redéfinition du futur de ces secteurs.

Peu importe votre point de départ, que vous soyez novice ou déjà chevronné, le monde bancaire et financier se présente comme une malle aux trésors de chances et d’opportunités. Plongez dans cet univers de variété et de complexité en faisant de votre passion le moteur de votre métier.

FAQ

Quels sont les principaux métiers proposés dans le secteur bancaire et financier ?

Le secteur bancaire et financier s’articule autour d’une diversité professionnelle impressionnante. Ces métiers varient des fonctions commerciales, incarnées par les chargés de clientèle et les conseillers, aux spécialités pointues telles que l’analyse de crédit, la gestion de patrimoine, et le trading. Par ailleurs, les métiers de support, incluant les juristes, les experts-comptables, et les informaticiens, jouent un rôle crucial.

Quelle est l’importance du secteur bancaire et financier en France ?

Le secteur bancaire et financier se distingue comme l’un des principaux piliers de l’économie française, employant plus de 300 000 individus. Son influence est non seulement économique mais également sociale, en tant que pilier de l’emploi. Chaque année, ces industries créent plus de 30 000 opportunités professionnelles, consolidant leur attractivité pour de nouveaux talents.

Quels sont les profils les plus recherchés dans le secteur bancaire ?

Les profils les plus prisés dans le secteur s’articulent autour des commerciaux, dysplaying une demande significative due à leurs compétences relationnelles et leurs aptitudes à séduire une clientèle. Néanmoins, le secteur fait également appel aux expertises techniques, telles que celles apportées par les informaticiens et les experts en comptabilité, ainsi que par les fonctions de support, indispensables pour assurer la conformité réglementaire et le bon fonctionnement des opérations.

Quels sont les métiers les plus demandés dans le secteur de l’assurance ?

Dans l’assurance, plusieurs profils se trouvent au sommet des préférences des employeurs. En première ligne, on retrouve les chefs de produit en marketing, suivis de près par les actuaires, les courtiers, et les agents généraux. Leur rôle s’avère essentiel, allant de la conceptualisation à la mise en marché des offres d’assurance, dans un environnement imprégné de technologie et de réglementations strictes.

Quelles sont les possibilités d’évolution de carrière dans le secteur bancaire et financier ?

Le secteur bancaire et financier, investissant massivement dans la formation continue, propose de vastes horizons d’évolution professionnelle. Grâce à cette réflexion dynamique autour des compétences et des rôles à occuper, les professionnels de ces secteurs ont l’occasion de se réinventer, de monter en compétence, et de migrer vers des postes de responsabilité toujours plus importants, dépeignant ainsi un écosystème professionnel en constante mutation.

Quelles sont les tendances de recrutement dans le secteur bancaire ?

Les établissements bancaires et financiers portent un fort intérêt aux jeunes talents de moins de 30 ans, principalement pour des postes commerciaux. Cette dynamique, révélée par les chiffres, met en avant la nécessité d’innover dans la relation client, d’adopter de nouvelles technologies, et de respecter des procédures toujours plus complexes venant des autorités régulatrices. L’informatique et la conformité se dessinent donc comme des pôles clés de recrutement, dénotant l’importance accordée à l’efficacité opérationnelle et à la conformité.

Quels sont les nouveaux métiers qui émergent dans le secteur bancaire et financier ?

Les avancées technologiques, les ajustements réglementaires, et les changements dans les besoins du marché donnent naissance à de nouveaux rôles. Parmi ces derniers, nous distinguons les scientifiques de données appliqués à la finance, les spécialistes de la cybersécurité financière, et les analystes en finance durable. Ces métiers, représentatifs d’une adaptation aux défis contemporains, se veulent essentiels pour garantir la pérennité et l’innovation des services financiers.

Trouvez et intégrez votre école en fonction votre niveau d'études, de votre filière et de votre ville